Un avocat après un accident de la route : une option indispensable pour une meilleure indemnisation ?

Tous les ans, l’observatoire national de la sécurité routière dénombre les accidents de la route occasionnant des dommages corporels, qu’il s’agisse de blessés ou d’accidents mortels. Entre 3000 et 4000 usagers de la route trouvent ainsi la mort sur les routes de France chaque année. Ces dernières années, la mortalité routière est de nouveau en légère hausse : + 2,4 % en 2015, par rapport à l’année 2014.

Les profils de victimes des accidents de la circulation en France

Malgré les efforts des autorités publiques, et malgré les politiques publiques en matière de prévention et de répression des violations au code de la route, les automobilistes représentent encore aujourd’hui près de 52 % des accidents mortels sur les routes de France, et 43 % des blessés (c’est-à-dire des victimes ayant subi à l’occasion de leur accident des dommages corporels ou psychologiques).

Les jeunes automobilistes sont les plus exposés. 25 % environ des victimes (tués ou blessés) ont entre 18 et 24 ans. On sait moins que le risque d’accidents mortels augmente également significativement s’agissant des conducteurs de plus de 75 ans.

Sont également particulièrement exposés aux accidents de la circulation les usagers de motos, scooters, boosters, et autres deux-roues motorisés. À eux seuls ils représentent 19 % des tués et des blessés sur nos routes. Ce sont les motocyclistes de cylindrées supérieures à 125 cm³, titulaires par conséquent du permis A, qui demeurent les plus touchés. En effet, 80 % des conducteurs de deux-roues motorisés tués sur la route disposent du permis A.

Les cyclistes représentent, eux, 3,5 % des tués et environ 5 % des blessés sur le réseau routier national. L’adoption du vélo en ville par un nombre croissant d’usagers ne manquera pas de faire évoluer malheureusement et significativement ces statistiques.

Il est important de souligner ici qu’une majorité d’accidents surviennent sur les routes de campagne (59 % des cas) et en période diurne (77 % des accidents mortels).

Enfin, les piétons représentent 13 % des accidents mortels sur la voie publique. 66 % circulaient au moment de leur à accident en milieu urbain. Notons d’ailleurs que les piétons constituent la principale catégorie de victimes d’accidents mortels sur la voie publique en milieu urbain : 32 % des victimes sont de simples piétons percutés malencontreusement par un véhicule motorisé..

L’utilité d’un avocat en droit du dommage corporel après un accident de la route

Les accidents de la circulation donnant lieu à des préjudices corporels constituent pour les victimes et leurs familles des drames qui bouleversent subitement et parfois définitivement leur vie. Dans le cadre des accidents ayant donné lieu à l’intervention des forces de gendarmerie ou de police, différentes situations, différentes suites sont envisageables. Les démarches sont rendues d’autant plus fastidieuses que la victime se trouve dans un état de fragilité physique et psychologique qui la rend peu apte à bien défendre ses intérêts. Le procureur de la république peut décider d’engager une procédure pénale visant à sanctionner l’auteur d’une infraction au code de la route. Il peut être question également d’une procédure amiable obligatoire à l’initiative de l’assureur (du véhicule à l’origine de l’accident), dans la perspective d’une indemnisation « à l’amiable ». On peut encore envisager une action au civil, devant le tribunal de grande instance, ou devant les autres juridictions civiles de sorte à obtenir des juges une réparation intégrale des préjudices. Dans ces différentes situations, compte tenu de la complexité des démarches, des conséquences économiques considérables, de l’importance des enjeux, le recours à un avocat spécialisé en accidents de la route (Lille, Paris) ou un notaire var  c’est-à-dire en indemnisation des victimes et en droit du dommage corporel se révèle une nécessité pour la victime. En pratique,10 % seulement des victimes sont correctement indemnisées à la suite de leur accident. Ces 10 % ont pris l’initiative de faire appel à un avocat qualifié pour assurer leur défense face aux assureur rarement pressés d’indemniser l’ensemble des préjudices corporels.
On l’aura compris : Le rôle de l’avocat en matière d’accidents de la circulation est absolument décisif : A l’aide d’un médecin de recours indépendant des assureurs, il va chiffrer les dommages indemnisables, il va solliciter des provisions avant la consolidation de la victime, il défendra en toutes circonstances les intérêts de l’accidenté face aux compagnies d’assurances. Il sera même en situation, si il le faut, d’aller devant les tribunaux pour majorer l’indemnisation spontanément proposée par la compagnie d’assurance, en cas de désaccord avec cette dernière.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *